Un dispositif de collecte d'histoires

Le modèle choisi s'articule autour du concept développé par l'écrivain François Beaune, Histoires vraies de Méditerranée, lequel englobe l'ensemble des problématiques identifiées, dans un cadre particulièrement adapté à l'univers carcéral.

Le projet Histoires vraies de Méditerranée part de l'idée de créer une bibliothèque multimédia d'histoires vraies de personnes vivant autour de la Méditerranée, dans toutes les langues parlées et écrites.

Il part du postulat qu'un espace commun est possible et qu'il ne peut se créer que par l'écoute, le partage, la connaissance de l'autre. L'"artiste-collecteur" raconte le monde contemporain : il est au service des histoires des gens, qui ont besoin de lui pour que son histoire existe, tout en étant totalement libre dans la façon de restituer l'histoire ou les histoires qu'il a recueillies.

En résumé, le dispositif des Histoires vraies permet de :
- porter une attention particulière aux populations analphabètes, voire illettrées ;
- collecter des récits de vie (travail passant par l'oralité) ;
- valoriser la transmission de parcours individuels, humaniser les rapports humains ;
- aller dans le sens d'une plus grande interculturalité.

Cadre d'intervention

En s'inspirant des Histoires vraies de Méditerranée, il a été décidé de travailler sur une action en direction des publics non francophones pour lesquels peu d'actions culturelles sont proposées.

L'"auteur collecteur" est choisi par l'Agence et l'association HVM pour son engagement et sa disponibilité. La relation entre l'auteur et la personne détenue qui lui confie librement une histoire est de l'ordre du don/contre-don.

Une histoire vraie se collecte dans la langue maternelle de la personne qui raconte. "Une histoire vraie est une histoire courte, et qui paradoxalement ressemble plus à de la fiction qu'à la réalité." Une histoire vraie est donc un peu plus qu'une anecdote. Elle donne à voir quelque chose que la personne considère comme digne d'intérêt, une histoire qui mérite d'être partagée.

Le dispositif des Histoires vraies de Méditerranée dispose d'une plateforme multimédia qui peut accueillir et mettre en valeur les histoires des personnes ayant participé aux ateliers/collectes avec des auteurs.

Axes retenus

  • Une politique de conventionnement entre bibliothèques territoriales et bibliothèques des établissements pénitentiaires, préalable nécessaire pour être partenaire du dispositif (gestion et enrichissement des fonds des bibliothèques carcérales ; formation des détenus-bibliothécaires).
  • Une présence forte des auteurs auprès des détenus.
  • Un travail affirmé sur la question de l'interculturalité, de l'oralité et de la maîtrise de la langue.
  • Un lien à formaliser avec les manifestations littéraires ou lieux de résidence d'auteurs du territoire.


Appel à participation

Un appel à participation a été lancé en 2015, 2016 et 2017 en direction des services pénitentiaires d'insertion et de probation (Spip) de tous les établissements pénitentiaires ainsi que les quartiers mineurs de la région Sud-Provence-Alpes-Côte d'Azur. Celui-ci s'attache tout particulièrement à défendre les principes de laïcité, de liberté d'expression et de conscience, et à développer le sentiment de citoyenneté. Le projet a également pour objectif de rendre la littérature vivante et de permettre de travailler la question du “vivre ensemble”.

De 2015 à 2017, 4 établissements pénitentiaires (mineurs et majeurs) ont ainsi bénéficié chaque année de ce dispositif.

Mise en œuvre

Chaque année, l'action s'est déployée dans 4 établissements pénitentiaires de la région.

L'Agence et l'association Histoires vraies de Méditerranée concoctent 4 binômes d'auteurs (roman et/ou bande dessinée) et traducteurs littéraires qui interviennent durant 10 séances auprès de groupes de détenus peu ou pas francophones.

Au cours des séances de travail, le détenu participant choisit librement de confier une histoire. Il peut le faire dans sa langue grâce à la présence d'un traducteur littéraire. Cette histoire donne à voir quelque chose que la personne considère comme digne d'intérêt.

Suite à la collecte de récits (écoute, enregistrement sonore du récit), les histoires sont traduites et retravaillées pour l'écrit par l'écrivain et le traducteur, puis restituées aux détenus oralement. Les Histoires vraies du dedans sont publiées dans un livre.

 

L'Agence prend en charge le coût financier lié aux ateliers avec les auteurs et traducteurs (à la hauteur de l'enveloppe allouée par les financeurs) ainsi que le travail de coordination en collaboration avec l'association Histoires vraies de Méditerranée.

Les établissements assurent en interne la gestion du dispositif : diffusion de l'information auprès des détenus, mobilisation des participants, suivi et gestion des ateliers, suivi de la bibliothèque de l'établissement sur laquelle ce projet doit s'appuyer, autant que faire se peut, dans la perspective d'animer et dynamiser le lieu.

Accès directs :