Une enquête portant sur les 132 événements littéraires récurrents (comptant au minimum deux éditions) recensés en région Paca a été menée en 2011. L'objectif de cette enquête était de recueillir des données permettant à l'Agence de mieux connaître ces événements et d'engager de nouvelles initiatives ; elle fait suite à celle menée en 2007. 92 organisateurs ont répondu au questionnaire proposé, soit un taux de retour de 69,7 %.

 

Cadre général

Promouvoir le livre et la lecture est, pour un organisateur sur deux, l'objectif principal de la manifestation ; créer un lien fort entre auteurs et lecteurs une priorité souvent affichée.

Quelques chiffres :
- Elles sont organisées à 68 % par des associations,
- Les équipes en charge du projet sont en moyenne composées de 3,6 équivalents temps plein (ETP) dont 43 % sont bénévoles et 30 % salariés.
- Périodicité. Annuelle pour 95 %.
- Saisonnalité. Concentration sur deux périodes fortes, le printemps (36 %) et l'automne (36 %).
- Durée. Généralement courte ; (de 2 jours à une semaine pour la plupart).
- Localisation. Près de la moitié se situent dans les Bouches-du-Rhône (contre 42 % en 2007), 16 % dans les Alpes-Maritimes, 14 % dans le Vaucluse et autant dans les Alpes de Haute-Provence, 4 % dans les Hautes-Alpes. Le Var quant à lui compte aujourd'hui 9 % des manifestations, soit 4 % de plus qu'en 2007 où il présentait un réel déficit au vu de sa population.
- Budget moyen. Entre 5 000 et 20 000 euros pour la grande majorité ; moins de 5 000 € pour 21 % ; et plus de 200 000 € pour seulement 4 manifestations (à noter que deux des plus grandes manifestations de la région n'ont pas répondu à l'enquête).
- Financeurs. Les communes sont le premier soutien des manifestations, puisqu'elles interviennent dans 75 % des cas. Les Conseils généraux soutiennent eux 69 % des événements et le Conseil régional un peu plus de la moitié. Le soutien de partenaires privés compte pour un tiers des financements.
- Partenariats. En moyenne, les manifestations littéraires réunissent trois partenaires : les libraires sont toujours les partenaires privilégiés (dans 76 % des cas), viennent ensuite les associations (63 %) et les bibliothèques municipales (58 %).


Organisation / contenu

- Appellation. Un tiers des organisateurs définissent leur manifestation comme étant un festival et un tiers comme étant un salon du livre.
- Livres. 92 % des manifestations s'organisent autour de stands de livre, tenus en grande partie par les libraires (45 %). Cependant, 22 % des organisateurs ont fait le choix de mêler des stands d'éditeurs, d'auteurs et de libraires.
- Animation. Des rencontres avec les auteurs sont organisées dans 81 manifestations et des lectures dans 60 d'entre elles. Viennent ensuite les tables rondes, les débats, les ateliers pour les enfants, les conférences.
- Genre. Excepté le tiers de manifestations généralistes, les genres se déclinent en : littérature jeunesse (42 %), poésie (34 %) déjà fortement présente en 2007, roman (32 %), roman policier (26 %) – en baisse par rapport à 2007 –, et bande dessinée (30 %). Le régionalisme ne constitue que 17 % des fonds représentés lors des événements, alors que notre région compte plus de 50 auteurs spécialisés dans cette thématique ainsi que 80 éditeurs. La jeunesse et la bande dessinée font souvent l'objet de salons spécialisés.


Auteurs

Les auteurs sollicités dans les manifestations sont rémunérés dans 55 % des cas seulement (soit 51 événements) ; chiffre décevant qui n'a évolué que d'un point depuis 2007. Sont rémunérées en premier lieu les interventions en milieu scolaire, puis les rencontres pour 43 % des salons. Les dédicaces ne sont quant à elle rémunérées que dans 3 manifestations littéraires.


Publics

94 % des manifestations font le choix d'une entrée gratuite. Cela en garantit l'accès pour toutes les catégories sociales et rejoint l'objectif qui semblait fédérer les organisateurs, promouvoir la lecture.
Dans plus de la moitié des cas, le public scolaire est sollicité en amont. Peu d'actions sont menées en direction de publics spécifiques (professionnels, handicapés, petite enfance).
Près de la moitié des organisateurs déclarent avoir recensé moins de 1 000 visiteurs ; 24 % entre 1 000 et 2 500 visiteurs ; et 3 plus de 30 000 visiteurs. Soit au total 380 000 visiteurs en 2011. Selon les 36 organisateurs à même de fournir ce type d'information, les événements littéraires sont avant tout investis par le grand public (82 %), puis par les scolaires (12 %) et les professionnels (5 %).
9 manifestations n'ont quant à elles, pas de système de comptage de la fréquentation.


Attentes et besoins des professionnels

Un organisateur sur deux souhaiterait des moments d'échange entre professionnels, 20 % ressentent un besoin en formation, 20 % estiment qu'il leur serait bénéfique d'effectuer des voyages professionnels.
Attente fréquemment nommée : le soutien des institutions, notamment par une aide pour la communication et la diffusion sur les manifestations. Pour répondre à ces demandes déjà exprimées en 2007, l'ArL a mis en place un réseau d'échanges et de réflexion dédié aux organisateurs de manifestations Livre, un programme annuel de formation, ainsi qu'un programme de voyages d'étude sur d'autres salons en France.

Accès directs :