Un(e) auteur(e), trois questions : l'Agence vous propose de découvrir régulièrement des écrivains, illustrateurs, traducteurs... qui vivent et travaillent en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Nous avons demandé à l'écrivain, poète, performeur Boris Crack de se prêter au jeu du "3 questions à...". Né en 1981, il vit et travaille actuellement à Avignon où il anime des ateliers d'écriture et d'éducation à l'image, notamment pour le cinéma Utopia. Il a été commissaire du Mois de la Poésie au Québec en 2018, chargé de la sélection française. C'est dans son livre de poésie Supergeek (éditions Contre-mur), dont le but est d'être envoyé dans l'Espace à destination des extraterrestres, que son concept d'humour parallèle est apparu. Depuis, il fait de nombreuses performances au cours desquelles il raconte des blagues parallèles, absurdes, bifurquant sans prévenir, parfois sur fond de musique électronique.


Quelle est votre actualité ou projet en cours ?

Je pourrais répondre : « Là, en ce moment, mon projet a des jambes et des bras, et c'est ma fille, qui vient de naître. » Je ne serais pas trop hors-sujet car ma fille est connectée à mon nouveau projet : un livre sur Malte. Ma fille est franco-maltaise. Avant qu'elle ne naisse, je lui avais d'ailleurs déjà écrit une lettre. « Chère Léonora, c'est ton supergeek de père qui t'écrit. Tu n'es pas encore née mais je préfère te mettre au courant dès à présent. Quand tu naîtras, tu entendras des personnes dire à ta maman : Ah vous êtes de Malte, le paradis fiscal ! Mais Malte ce n'est pas ça, Léonora. Bientôt, ma petite, nous irons ensemble à Malte. Nous contemplerons la baie du Grand Harbour, ce havre naturel qui abrite la capitale La Valette, nous regarderons la mer s'ouvrir, sublime, à l'infini ; nous verrons les vaisseaux ottomans et les yachts se mélanger dans une spirale intangible ; et les nuages au-dessus de La Valette. Et quand tu auras des dents, Léonora, tu mangeras des pastizzi avec nous, tu verras c'est délicieux (et vraiment pas cher). Et pour immortaliser ce moment, nous demanderons à un Chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de nous prendre en photo. Ma petite orange maltaise, tu découvriras Malte par toi-même, le pire comme le meilleur, tu découvriras ses paradis, fiscaux ou non, ces eaux, ces grottes, ces variétés, ces angles morts, et ces morts tout court, et ces vivants qui parlent anglais et maltais, un mélange d'arabe et d'italien et de français aussi, tu verras tout ça, tu en parleras toi-même, tu seras toi même maltaise, maltaise et française, maltaise-française, franco-maltaise, française et maltaise, française et maltaise et extraterrestre. Et ce sera très bien comme ça. Signé : ton papa Crack. Post-scriptum du 26/09/2018 : Maintenant tu es née, et c'est vraiment très bien comme ça. »


Le livre qui vous a fait le plus rire, et pourquoi ?

L'Univers de carton, de Christopher Miller. C'est un roman en forme de fausse encyclopédie, tout simplement génial et à mourir de rire ! Mais vraiment à mourir de rire ! Je dirais même plus : vraiment à mourir de rire ! C'est l'histoire d'un écrivain de science-fiction qui s'appelle Phoebus K. Dank (ça a un rapport avec Philipp K. Dick, vous croyez ?...). Dès la préface, le génie de K. Dank nous est dévoilé :  « Ses voisins le savaient enclin à des actes d'une bêtise phénoménale. » L'écrivain enchaîne les prodiges : il bricole sa porte de frigo de telle sorte que la lumière reste allumée même quand elle est fermée, il appelle le vétérinaire en pleine nuit parce qu'il a fait avaler à son chat une boîte de pâté pour chien, il fait exploser une noix de coco dans son micro-ondes, il prend tellement de vitamines que sa langue vire au noir, il tond sa pelouse tous les jours à l'aide de son nouveau motoculture flambant neuf jusqu'à ce qu'une association de voisin l'oblige à arrêter, etc. Et surtout : il porte sa montre à sa cheville, « pour soulager mon poignet », explique-t-il. Hahahahaha ! Ce qui est fou avec ce roman c'est que c'est une encyclopédie, écrite par deux critiques qui se détestent et dont l'un d'eux est celui qui a assassiné K. Dank (on l'apprend très vite...). Mais je ne vous dévoilerai pas la fin, surtout que je ne la connais pas, puisque je n'ai jamais fini le livre. Surtout pas ! Je ne veux surtout pas le finir ! Il m'amuse tellement que je l'emprunte à la bibliothèque, je lis quelques pages, je me marre, je le rends, je le réemprunte, j'avance un peu, je ris beaucoup et je le rends de nouveau, etc. Bref, c'est génial.


Le livre qui vous a le plus marqué, et pourquoi ?

« C'est une saucisse au curry et le chiffre 7 qui sont dans un bar. La saucisse au curry demande au chiffre 7 : Putain, qu'est-ce qu'on fout là ? et le chiffre 7 de répondre : désolé, j'ai oublié ma calculette. » Cette blague, sans doute la plus absurde de mon livre L'univers est un space cake (humour parallèle), m'a été inspirée par le livre Les univers parallèles : du géocentrisme au multivers de Tobias Hürter et Max Rauner paru en France aux éditions du CNRS. Ce livre a bouleversé ma vie. À la page 118, concernant la théorie du multivers de niveau IV (les univers mathématiques où tout ce qui n'est pas contraire à la logique peut exister), on peut lire : « Certains univers sont constitués d'une saucisse au curry qui parle et du chiffre sept. » Cette phrase est un chef-d'oeuvre à part entière. « Certains univers sont constitués d'une saucisse au curry qui parle et du chiffre sept. » Lisez-là, relisez-là, méditez là-dessus. Derrière cette assertion, se cache des mondes insoupçonnés. « Certains univers sont constitués d'une saucisse au curry qui parle et du chiffre sept. » Et dire que c'est peut-être le nôtre...

Derniers Titres parus de Boris Crack

couverture du livre Les girafes du mal

Les girafes du mal

Quelqu'un est entré dans ma chambre avec un visage ultrapâle Ce n'était pas dieu, c'était Michael Jackson Il m'a dit Eh tu viens Boris On va danser! Dehors quelqu'un...

En savoir plus

Accès directs :