Stéphane Salord est un ancien élu de la Communauté d'agglomération du Pays d'Aix, ancien directeur général de la Fondation Vasarely, Président et fondateur de l'association Aix-en-Culture et de l'ESDAC (établissement d'enseignement supérieur dédié au design). Passionné par l'image et les métiers de l'édition, il crée - avec son collègue Baptiste Galland - une SAS (société par actions simplifiées) dédiée à l'édition. Le projet mûrit et le premier titre est publié en juin 2016.

Les éditions Landogne proposent aujourd'hui une dizaine de titres à la vente (entre 10 et 20 € en moyenne) : « Nous ne nous limitons pas à un genre littéraire ; notre objectif est de permettre à des auteurs, des chercheurs, de pouvoir publier sans avoir forcément à entrer dans des cases ». Le catalogue se compose ainsi d'ouvrages portant sur le dessin en architecture, l'histoire des calendriers, la politique extérieure arménienne, des parcours de vie, des polars... La maison n'a pas de ligne éditoriale bien définie, mais reste sélective, avec des intentions claires : « Rémunérer le mieux possible les auteurs, soutenir la création, ne pas gérer de stocks ».

Pour tenter de répondre à ces exigences, les éditions Landogne privilégient la diffusion des ouvrages par internet et l'impression à la demande : « L'impression numérique permet aujourd'hui d'obtenir de très bons résultats, proches de l'Offset, tout en maîtrisant les coûts de fabrication. Il n'est donc plus nécessaire d'éditer à 1 000 exemplaires ; nous imprimons au fur et à mesure des demandes ».

Si cette stratégie permet effectivement de ne pas développer de stocks morts, elle présente une limite : diffusées à 98 % sur internet, les éditions Landogne sont peu présentes en librairie. Ce choix des éditeurs fait partie de la Charte que signent les auteurs. Bien sûr, les libraires qui commandent des livres sont livrés le plus rapidement possible en fonction de l'état des stocks. Pour palier un potentiel manque de réactivité, les éditeurs essayent de maintenir en permanence un stock tampon de 25 à 50 titres : « Cela permet de répondre aux besoins des auteurs qui se rendent à des colloques ou des salons du livre, ou aux potentielles commandes de libraires. »

D'autre part, pour impliquer le plus possible les auteurs, ces derniers doivent signer en plus du contrat d'auteur un "contrat d'engagement" : en échange d'une rémunération de 25 % sur le prix du livre, l'auteur s'engage sur des objectifs de vente et de participation à des salons et à des dédicaces, qui sont déterminés en concertation avec les éditeurs.
Si certains se sont déjà risqués à évoluer dans ces modèles, ils le faisaient sous forme d'édition à compte d'auteur. Ici, l'auteur ne paie rien, mais c'est son engagement qui doit faire vivre l'ouvrage. 

Une aventure éditoriale à suivre…

Derniers Titres parus de Landogne

Accès directs :